La nouvelle réaliste

la nouvelle réaliste
Advertisement

La nouvelle réaliste

Une nouvelle réaliste, est une nouvelle qui, comme l’indique son nom, se fonde sur la réalité. Mettant en scène peu de personnages, mais fortement caractérisés, dans un cadre spatio-temporel délimité, elle est centrée sur un fragment de vie ou une anecdote.
À la différence du conte merveilleux, elle est ancrée dans le réel. En effet cette nouvelle cherche à raconter une histoire ou un fait dans toute sa vérité. L’auteur de ce
genre de texte montre qu’il ne ment pas au lecteur et ne l’incite pas à prendre d’avis. Il rapporte les faits tout simplement. Le Réalisme puise ses thèmes dans l’observation du monde contemporain, social et historique : il s’intéresse aux choses, aux gens et aux
situations qui n’étaient pas jusque là considérés comme artistiques. Ainsi, Balzac, dans Le Père Goriot, décrit un intérieur où tout est sale, nauséabond, délabré, écoeurant.
La création picturale et littéraire se tourne aussi vers ceux qui vivent dans ces cadres médiocres : ouvriers, artisans, marginaux, représentés dans les aspects souvent les plus sordides de leur existence. La volonté des écrivains réalistes d’imiter le réel et d’en rendre compte tel quel implique non seulement l’observation mais une véritable documentation. Il faut aller voir sur place, accumuler des notes, s’informer auprès des
spécialistes.

Advertisement

Définition de la nouvelle

La nouvelle est un sous-genre du roman
C’est un texte narratif court qui comprend un narrateur, une intrigue et des personnages.
La nouvelle est caractérisée par le sens qui s’élabore par une chute. Le lecteur est
amené à une relecture c’est-à-dire à réagir.

Définition du réalisme

Le terme réalisme apparaît en 1826 dans Le Mercure De France pour désigner La littérature du vrai. Il souligne chez les écrivains, mais aussi chez les peintres la volonté
de reproduire le réel. En utilisant le mot naturalisme dans le roman expérimental en 1880, Emile Zola exprime le souci de donner au réalisme une dimension scientifique à travers son oeuvre, le romancier étudie les lois de l’hérédité et de l’influence du milieu sur les individus.

La nouvelle => Genre littéraire
Les nouvelles => L’actualité

Les caractéristiques de la nouvelle

C’est une histoire courte : précise et concise
Elle comporte une chute : le coup de théâtre c’est-à-dire une fin inattendue
Peu de personnages (utile)
Des événements uniques (contrairement à l’histoire à tiroirs)

Une oeuvre réaliste

Elle est inspirée de faits réels
Elle est attachée à la réalité quotidienne des gens (particulièrement le vécu des basses
classes)
C’est donc les vocations de la réalité sociologique et des souffrances psychologiques
des petites gens.

Les procédés d’une œuvre réaliste

C’est une œuvre basée sur la règle de la vrai semblance (crédibilité)
Sur le plan littéraire c’est l’imitation du langage du peuple dans le dialogue
C’est une tentation sociologique le roman devient l’étude d’un milieu dans lequel l’auteur essaie d’adopter des critères scientifiques.
La réalité c’est quelque chose de vérifiable et de fiabilité

des liens utiles pour vous

productions écrites rédigées texte argumentatif

Examens régionaux de toutes les années

texte argumentatif les enfants des condamnés à mort

Author: Prof.Ziani

6 thoughts on “La nouvelle réaliste

  1. Une nouvelle est un récit bref, centré sur un ou deux personnages. Les descriptions sont réduites au minimum et l’histoire se concentre autour d’une seule action. La fin est souvent constituée d’un effet de surprise : une chute. Une nouvelle réaliste vise à créer l’illusion de la réalité ; elle cherche à représenter la réalité telle qu’elle est.

    Le réalisme est un mouvement littéraire apparu en Europe dans la seconde moitié du XIXe siècle, en réaction contre le romantisme jugé trop sentimental, et dans un contexte d’industrialisation. Il vise à donner juste vision de la réalité, notamment sociale, dans un souci d’objectivité. Ses personnages sont choisis dans les classes moyennes ou populaires. Ils abordent des sujets quotidiens, le travail salarié, les relations conjugales, ou les affrontements sociaux.
    Le réalisme entend être le pendant littéraire des recherches scientifiques qui connaissent un grand essor dans les sciences dures.

    En France, le roman fut fort prisé par les écrivains réalistes, tels Emile Zola. Toutefois quelques nouvellistes s’y sont frottés avec brio. Maupassant est de ceux-là, notamment au sein du recueil Boule de suif. La nouvelle réaliste permet ainsi de donner un « cliché », comme une photo, d’un sujet donné, à une époque donnée, pour en dégager la vérité, l’essence.

  2. La nouvelle réaliste
    Une nouvelle est un récit bref, centré sur un ou deux personnages. Les descriptions sont réduites au minimum et l’histoire se concentre autour d’une seule action. La fin est souvent constituée d’un effet de surprise : une chute. Une nouvelle réaliste vise à créer l’illusion de la réalité ; elle cherche à représenter la réalité telle qu’elle est.

    Le réalisme est un mouvement littéraire apparu en Europe dans la seconde moitié du XIXe siècle, en réaction contre le romantisme jugé trop sentimental, et dans un contexte d’industrialisation. Il vise à donner juste vision de la réalité, notamment sociale, dans un souci d’objectivité. Ses personnages sont choisis dans les classes moyennes ou populaires. Ils abordent des sujets quotidiens, le travail salarié, les relations conjugales, ou les affrontements sociaux.
    Le réalisme entend être le pendant littéraire des recherches scientifiques qui connaissent un grand essor dans les sciences dures.

    En France, le roman fut fort prisé par les écrivains réalistes, tels Emile Zola. Toutefois quelques nouvellistes s’y sont frottés avec brio. Maupassant est de ceux-là, notamment au sein du recueil Boule de suif. La nouvelle réaliste permet ainsi de donner un « cliché », comme une photo, d’un sujet donné, à une époque donnée, pour en dégager la vérité, l’essence.

  3. Montre plusUne nouvelle est un récit bref, centré sur un personnage, rapidement présenté ; elle raconte un moment de crise ou quelques épisodes essentiels de la vie du personnage (perte d’un bijou par exemple, changement de vie suite à un héritage…).
    La force du récit lui confère de l’intensité : le dénouement est généralement soudain, voire brutal.
    Un récit réaliste vise à créer l’illusion de la réalité.
    Les nouvelles réalistes du 19ème siècle, ancrées dans une région, en exposent des caractéristiques marquantes, comme l’avarice des paysans normands, dans les nouvelles de Maupassant.
    Elles peignent, souvent avec humour ou ironie, les différentes catégories sociales de l’époque (paysans, employés de bureau, bourgeois) ou des traits de caractères (la bêtise, la lâcheté, l’ambition…)
    Autres thèmes privilégiés : l’amour, l’argent, la passion, la vengeance…

    On peut reconnaître un texte réaliste aux indices suivants:
    – l’évocation de lieux réels (rues, villes, pays…) et de personnages réels, description de paysages de campagne….
    – le souci du détail réaliste dans les descriptions. On ne cherche pas à faire beau mais à imiter le réel, donner à voir les personnes et les objets tels qu’ils sont. Par exemple, description d’un intérieur paysan, les rides, le visage maigre de Félicité, le côté rougeaud de l’aubergiste Chicot, les doigts crochus de la mère Magloire.
    – le souci de décrire de manière précise la psychologie du personnage et leurs émotions.

  4. une nouvelle qui, comme l’indique son nom, se fonde sur la réalité. Mettant en scène peu de personnages,
    mais fortement caractérisés, dans un cadre spatio-temporel délimité,
    elle est centrée sur un fragment de vie ou une anecdote. À la différence
    du conte merveilleux, elle est ancrée dans le réel.
    Wikipédia

    La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701

    Une nouvelle réaliste, est une nouvelle qui, comme l’indique son nom, se
    fonde sur la réalité. Mettant en scène peu de personnages, mais
    fortement caractérisés, dans un cadre spatio-temporel délimité, elle est
    centrée sur un fragment de vie ou une anecdote.
    À la différence du conte merveilleux, elle est ancrée dans le réel. En
    effet cette nouvelle cherche à raconter une histoire ou un fait dans
    toute sa vérité. L’auteur de ce
    genre de texte montre qu’il ne ment pas au lecteur et ne l’incite pas à
    prendre d’avis. Il rapporte les faits tout simplement. Le Réalisme puise
    ses thèmes dans l’observation du monde contemporain, social et
    historique : il s’intéresse aux choses, aux gens et aux
    situations qui n’étaient pas jusque là considérés comme artistiques.
    Ainsi, Balzac, dans Le Père Goriot, décrit un intérieur où tout est
    sale, nauséabond, délabré, écoeurant.
    La création picturale et littéraire se tourne aussi vers ceux qui vivent
    dans ces cadres médiocres : ouvriers, artisans, marginaux, représentés
    dans les aspects souvent les plus sordides de leur existence. La volonté
    des écrivains réalistes d’imiter le réel et d’en rendre compte tel quel
    implique non seulement l’observation mais une véritable documentation.
    Il faut aller voir sur place, accumuler des notes, s’informer auprès des spécialistes.
    La Nouvelle réaliste 3924135988 La Nouvelle réaliste 3924135988 La Nouvelle réaliste 3924135988 La Nouvelle réaliste 3924135988
    Définition de la nouvelle
    La nouvelle est un sous-genre du roman
    C’est un texte narratif court qui comprend un narrateur, une intrigue et des personnages.
    La nouvelle est caractérisée par le sens qui s’élabore par une chute. Le lecteur est
    amené à une relecture c’est-à-dire à réagir.
    La Nouvelle réaliste 3924135988 La Nouvelle réaliste 3924135988 La Nouvelle réaliste 3924135988 La Nouvelle réaliste 3924135988
    Définition du réalisme
    Le terme réalisme apparaît en 1826 dans Le Mercure De France pour
    désigner La littérature du vrai. Il souligne chez les écrivains, mais
    aussi chez les peintres la volonté
    de reproduire le réel. En utilisant le mot naturalisme dans le roman
    expérimental en 1880, Emile Zola exprime le souci de donner au réalisme
    une dimension scientifique à travers son oeuvre, le romancier étudie les
    lois de l’hérédité et de l’influence du milieu sur les individus.
    La nouvelle => Genre littéraire
    Les nouvelles => L’actualité
    La Nouvelle réaliste 3924135988 La Nouvelle réaliste 3924135988 La Nouvelle réaliste 3924135988 La Nouvelle réaliste 3924135988
    Les caractéristiques de la nouvelle
    C’est une histoire courte : précise et concise
    Elle comporte une chute : le coup de théâtre c’est-à-dire une fin inattendue
    Peu de personnages (utile)
    Des événements uniques (contrairement à l’histoire à tiroirs)
    Une œuvre réaliste
    Elle est inspirée de faits réels
    Elle est attachée à la réalité quotidienne des gens (particulièrement le vécu des basses
    classes)
    C’est donc les vocations de la réalité sociologique et des souffrances psychologiques
    des petites gens.
    La Nouvelle réaliste 3924135988 La Nouvelle réaliste 3924135988 La Nouvelle réaliste 3924135988 La Nouvelle réaliste 3924135988
    Les procédés d’une œuvre réaliste
    C’est une œuvre basée sur la règle de la vrai semblance (crédibilité)
    Sur le plan littéraire c’est l’imitation du langage du peuple dans le dialogue
    C’est une tentation sociologique le roman devient l’étude d’un milieu dans lequel
    l’auteur essaie d’adopter des critères scientifiques.
    La réalité c’est quelque chose de vérifiable et de fiable.
    FrançaiMaroc

    La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701 La Nouvelle réaliste 2378527701

    La Nouvelle réaliste Ytuyte13
    La Nouvelle réaliste Abdelh10
    أعجبنيلم يعجبني
    الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
    https://halimb.yoo7.com
    abdelhalim berri
    المدير العام
    المدير العام
    abdelhalim berri

    الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
    البلد : Royaume du Maroc

    عدد المساهمات : 17537
    التنقيط : 89002
    العمر : 62
    تاريخ التسجيل : 11/08/2010
    الجنس : ذكر

    La Nouvelle réaliste Empty
    مُساهمةموضوع: رد: La Nouvelle réaliste La Nouvelle réaliste I_icon_minitimeالأحد 22 أبريل 2012, 20:18
    La nouvelle réaliste

    ToineD’après: Maupassant
    I°/ Présentation générale
    La nouvelle est un genre ancien. Grâce aux journaux, il devient de plus en plus important.
    Ce genre a 3 critères caractéristiques :
    – la brièveté (2 ou 3 pages).
    – l’aspect chronologique.
    – l’inspiration à partir de la réalité.
    II°/ L’analyse de Toine
    Thème : De quoi parle-t-on ?
    > La paralysie de Toine
    Propos : Qu’est-ce qu’on en dit ?
    > Sentiment de tendresse quand il couve les œufs.
    a) L’organisation structurelle
    Maupassant s’essaye à l’écriture nouvelle du genre de la nouvelle.
    On peut diviser son texte en 3 parties :
    – la présentation des personnages (Toine et son épouse)
    – l’action (la paralysie)
    – la concrétisation du projet (la naissance des poussins).
    La structure n’est pas anodine. Elle répond aux étapes importantes du récit de Maupassant.
    Le but est de susciter de l’intérêt chez le lecteur.
    Dans Toine, le dénouement particulier qui clôt le récit est étonnant car le personnage principal est déshumanisé car il prend le rôle d’une poule.
    Or, il faut attendre la fin du récit pour que cet évènement soit révélé : Chute.
    L’organisation de la nouvelle converge à ce point précis de la narration.
    b) L’organisation temporelle
    Dans Toine, la narration est chronologique et ultérieure. Le narrateur raconte en effet un évènement du passé. Le rythme de la narration vient du rapport entre la durée des évènements et la durée du texte.
    Dans Toine, on peut relever des phases d’accélération, suivies de pauvre voire même d’ellipses.
    Ainsi dans la première partie, Maupassant décrit les habitudes du personnage : longue pause descriptive.
    Dans la seconde partie, l’auteur accélération, pause et ellipse.
    Dans la troisième partie, l’accélération mime les œufs qui éclosent ; on parlera alors d’accélération progressive.
    La combinaison de ces différents cas rythment le texte. L’intérêt est de capter l’attention du lecteur.
    c) L’organisation spatiale
    Comme le temps, l’espace est essentiel pour la compréhension du texte. Pour ce faire, l’auteur utilise une description.
    Il y a deux types de descriptions : la description décorative et significative.
    Si la description est significative, elle peut être :
    – explicative : c’est-à-dire que la description explique l’action et les personnages.
    – symbolique : porteuse d’une signification profonde.
    Dans Toine, la description du décor est limitée cr
    le premier et second paragraphe évoque ce décor. La description a une
    valeur explicative : la description montre le milieu où se déroule
    l’action : un cadre paysan Normand.
    d) Les personnages
    Toine : Antoine Macheblé, ce qui le prédestine à la volaille, à devenir fermier.
    La corpulence de l’homme s’oppose à celle de la femme.
    Il est qualifié de « gros » une quinzaine de fois dans la nouvelle, ce qui signifie que ce trait physique à de l’importance.
    Ce trait devient essentiel par l’inquiétude qu’il est puni par sa femme, il est privé de souper. C’est ce qui explique qu’il accepte de couver des oeufs.
    La rapport avec la mé Toine est ambigu car sa femme le compare à un « porc ». il s’agit d’une déshumanisation.
    Toine rappel le personnage rabelaisien Pantagruel et Gargantua qui sont capable d’ingurgiter une quantité astronomique de nourriture.
    Toine est petit et gros dont la gloutonnerie l’emporte dans la raison. Malgré sa paralysie, Toine est toujours joyeux et positif. Il est optimiste, farceur et sociable.
    Contrairement à sa femme, il n’est jamais injurieux, mais une fois grabataire, il est la victime de son épouse qui se venge de lui et de ses remarque insolentes.
    L’image qu’on garde de Toine est que il est un homme joyeux et heureux après l’expérience de paternité que sa femme lui impose.
    La mé Toine : Mme Macheblé.
    Son mari est corpulent alors qu’elle est maigre. Ce couple opposé permet un côté humoristique.
    Elle est caractérisée par sa fonction de paysanne mais quand son mari tombe malade, elle est excédée car elle doit travailler seule.
    Elle n’éprouve aucune compassion pour son mari : elle est méchante et méprisante face à l’infirmité de son mari.
    Elle l’utilise comme un objet car elle lui fait couver les œufs.
    Elle est égoïste et est attirée par l’argent.
    Elle est d’humeur maussade, aigrie.
    Prosper Horslaville
    Il est l’ami de Toine le plus détaillé. Il est maigre et est de petite taille. L’utilisation de la métaphore déshumanisante permet de le peindre comme quelqu’un de malin.
    Il aime rire et profiter de la vie. Il provoque aussi des situations drôles, notamment lorsqu’il met en colère la mé Toine. Il est le meilleur ami de Toine, mais il lui jour une mauvaise plaisanterie : utilisation de Toine comme une poule.

  5. « La Ficelle »

    Ce
    petit texte contient l`histoire d`une personne qui est accusé d`un vol
    et qui enfin meurt à cause des moqueries sur son histoire. Au début du
    texte c`est le jour du marché à Gaderville et tous les paysans y vont.
    L`auteur décrit les personnages et la place du marché. Après ca
    Maupassant fait un portrait de Maître Hauchecorne qui trouve sur la
    place du marché une ficelle et la ramasse. Ensuite, M. Hauchecorne
    aperçoit M. Malandain qui l`a regardé. A cause de cela, M.H. cache
    brusquement sa blouse. Puis, il va au marché et se perd dans la foule. A
    midi presque tous les paysans se retrouvent chez Jourdani, une auberge
    normande, pour dîner. Dans la grande salle, il y a une atmosphère de
    gaieté jusqu’à`à l`arrivée du crieur publie qui annonce la perte d`un
    portefeuille. Quelques minutes après un origadier arrive et il veut que
    M.H. lui accompagne à la mairie. M.Malandain a vu qu4il a trouvé quelque
    chose et le maire pense que ça a été le portefeuille. M.H. essaie de
    convaincre le maire, mais il échoue.. Après il raconte son histoire dans
    les rues, personne ne lui croit. Le lendemain un valet trouve le
    portefeuille et il redonne l`argent. C`est le triomphe pour M.H.. Mais
    ce triomphe est de court durée. Il commence une deuxième fois à narrer
    l`histoire, mais il n`y a que les plaisanteries des paysans. Mardi de la
    semaine suivante il retourne à Goderville pour raconter encore une fois
    son histoire. Mais il y a aussi seulement les moqueries chez l`auberge.
    Il quitte l`auberge sans terminer son repas. Sa déchéance physique
    commence. Il devient malade et ne quitte pas sa ferme. Il perd peu à peu
    sa santé et quelque mois plus tard il meurt en attestant son innocence

  6. Une nouvelle était au début un long récit fictif écrit en prose (paragraphe), qui pouvait de ce fait être publié aussi bien dans les journaux qu’en recueil. Ce genre littéraire apparu à la fin du Moyen Âge, était alors proche du roman, et, d’inspiration réaliste[1], se distinguant peu du conte. À partir du XIXe siècle, les auteurs ont progressivement développé d’autres possibilités du genre, en s’appuyant sur la concentration de l’histoire pour renforcer l’effet de celle-ci sur le lecteur, par exemple par un dénouement surprenant. Les thèmes se sont également élargis : la nouvelle est devenue une forme privilégiée de la littérature fantastique, policière, et de science-fiction

    Une nouvelle réaliste, ou parfois conte, est une nouvelle qui, comme l’indique son nom, se fonde sur la réalité. Mettant en scène peu de personnages, mais fortement caractérisés, dans un cadre spatio-temporel délimité, elle est centrée sur un fragment de vie ou une anecdote. À la différence du conte merveilleux, elle est ancrée dans le réel.

    Biographie :

    Guy de Maupassant, né Henry-René-Albert-Guy de Maupassant[1] le 5 août 1850 au château de Miromesnil à Tourville-sur-Arques[2] et mort le 6 juillet 1893 à Paris, est un écrivain français.

    Lié à Gustave Flaubert et à Émile Zola, il a marqué la littérature française par ses six romans, dont Une Vie en 1883, Bel-Ami en 1885, Pierre et Jean en 1887-1888, mais surtout par ses nouvelles (plus de 300), parfois intitulées contes, comme Boule de Suif en 1880, les Contes de la bécasse en 1883 ou le Horla en 1887. Ces œuvres retiennent l’attention par leur force réaliste, la présence importante du fantastique et par le pessimisme qui s’en dégage le plus souvent mais aussi par la maîtrise stylistique. La carrière littéraire de Guy de Maupassant se limite à une décennie – de 1880 à 1890 – avant qu’il ne sombre peu à peu dans la folie et ne meure à quarante-deux ans. Reconnu de son vivant, Guy de Maupassant conserve un renom de premier plan, renouvelé encore par les nombreuses adaptations filmées de ses œuvres[3]

    Guy de Maupassant

    Né à Fécamp le 05/08/1850 ; Mort à Paris le 06/07/1893

    Après des débuts laborieux, Guy de Maupassant a réussi à s’imposer comme l’un des écrivains majeurs du XIXème siècle, au même titre que ses camarades Zola et Flaubert. Auteur de contes, de romans et de nouvelles, son écriture le situe dans le mouvement réaliste et naturaliste. Il est également connu pour avoir su introduire une dimension fantastique à plusieurs de ses récits. Guy de Maupassant naît le 5 août 1850, vraisemblablement à Fécamp, dans la Seine Maritime. Il passe une enfance heureuse à Etretat, au bord du littoral normand. Dans ce cadre champêtre, le jeune Guy reçoit son instruction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *