production écrite sur LA PEINE DE MORT texte argumentatif

pour ou contre la peine de mort
Advertisement

production écrite sur LA PEINE DE MORT texte argumentatif

  Sujet :

La peine de mort n’a jamais été une solution pour lutter contre la criminalité. déclara Victor Hugo. Rédigez un texte dans lequel vous développez votre point de vue sur l’application de la peine capitale en utilisant des arguments clairs et solides.

voilà une production écrite rédigée par un élève de la 1 bac comme exemple s’appuyant sur le plan dialectique thèse antithèse et synthès.

INTRODUCTION

        De nos jours, le sujet de la peine de mort a suscité un grand débat dans le monde entier. Il a fait couler beaucoup d’encre de la part des partisans et des détracteurs. Les uns pensent que la peine de mort n’est pas la solution idéale pour lutter contre le crime, alors que les autres affirment le contraire. Qui a raison ? Nous exposerons dans ce qui suit les arguments des deux adversaires.

DÉVELOPPEMENT

      Les opposants à l’application de la peine de mort renforcent leur position par un bon nombre d’arguments. En premier lieu, ils déclarent que la peine de mort est un châtiment inhumain, et qu’on on ne peut pas corriger un crime par un autre. En deuxième  lieu, ils disent que parfois en exécutant une personne, on exécute toute une famille. L’exemple le plus significatif nous est donné par le personnage du condamné du roman à thèse de Victor Hugo, qui va laisser derrière lui sa vielle maman, sa femme malade et sa fille de trois ans sans personne pour subvenir à leurs besoins. En dernier lieu, ils affirment que la peine capitale ne donne pas une deuxième chance aux condamnés pour se repentir et corriger leurs erreurs.

     Toutefois, les partisans de la peine de mort ne manquent pas d’arguments. Tout d’abord, ils avancent que la peine de mort est le meilleur moyen pour donner l’exemple, décourager les criminels et réduire le taux de criminalité.

Advertisement
En outre, ils proclament que les prions modernes offriraient une vie beaucoup trop agréable et confortable à des gens ayant commis des crimes abominables. Finalement, ils affirment  que toute personne qui tue doit simplement être tuée.

CONCLUSION production écrite sur LA PEINE DE MORT texte argumentatif    

Pour conclure et à la lumière de tout ce qui précède, je voudrais souligner le fait que personne ne naît criminel, mais on le devient pour de nombreuses raisons. II faudrait donc s’attaquer à ces racines de la criminalité pour pouvoir la combattre efficacement, au lieu  de débattre sur l’application ou non de la peine de mort

production écrite sur LA PEINE DE MORT texte argumentatif

d’autres liens pour vous

productions écrites rédigés:

Production écrite sur la Médecine moderne / traditionnelle texte argumentatif

  • Thème tiré de l’œuvre :la boîte à merveilles d’Ahmed Sefrioui

Production écrite sur le travail des parents loin de leurs enfants texte argumentatif

  • Thème tiré de l’œuvre : la boîte à merveilles d’Ahmed Sefrioui

Production écrite sur les réseaux sociaux texte argumentatif

  • Thème tiré de l’œuvre : la boîte à merveilles d’Ahmed Sefrioui

Production écrite sur le suicide texte argumentatif

sur un autre site cliquez ici

évaluation

Professeur ZIANIClasse :      1 B ……..Note
Nom : ………………….. Prénom : ………………….. Numéro : …………………..  Le …… Mai  2016 

Texte :

Une heure vient de sonner. Je ne sais laquelle : j’entends mal le marteau de l’horloge. Il me semble que j’ai un bruit d’orgue dans les oreilles ; ce sont mes dernières pensées qui bourdonnent. À ce moment suprême où je me recueille dans mes souvenirs, j’y retrouve mon crime avec horreur ; mais je voudrais me repentir davantage encore. J’avais plus de remords avant ma condamnation ; depuis, il semble qu’il n’y ait plus de place que pour les pensées de mort. Pourtant, je voudrais bien me repentir beaucoup. Quand j’ai rêvé une minute à ce qu’il y a de passé dans ma vie, et que j’en reviens au coup de hache qui doit la terminer tout à l’heure, je frissonne comme d’une chose nouvelle. Ma belle enfance ! ma belle jeunesse ! étoffe dorée dont l’extrémité est sanglante. Entre alors et à présent, il y a une rivière de sang, le sang de l’autre et le mien. Si on lit un jour mon histoire, après tant d’années d’innocence et de bonheur, on ne voudra pas croire à cette année exécrable, qui s’ouvre par un crime et se clôt par un supplice ; elle aura l’air dépareillée. Et pourtant, misérables lois et misérables hommes, je n’étais pas un méchant ! Oh ! mourir dans quelques heures, et penser qu’il y a un an, à pareil jour, j’étais libre et pur que je faisais mes promenades d’automne, que j’errais sous les arbres, et que je marchais dans les feuilles !
Bourdonnent : Émettre un bourdonnement en parlant principalement des battements d’ailes des insectes, des petits oiseaux; Se repentir : est le regret sincère d’une faute.

1.       Recopiez et complétez le tableau suivant : (3pt)

Titre de l’œuvreGenreDate de parution de cette œuvre
 
AuteurDate du décèsDate de naissance
   

2 . Citez deux autres œuvres du même auteur (1 pt)

-………….……………….……………….……      -………….……………….……………….…………

3.      Situez le passage par rapport à l’œuvre (2 pt)

………………. ………………. ………………. ………………. ………………. ………. ………………. ………………. ……………….……………….……………….………………. ………………. ……………………………………………………………………………………………………………..……………………………………………………………………………………………………………..

4.      Le narrateur est perturbé. Relevez au niveau du premier paragraphe une phrase qui le montre ?

. (2 pt)

………………. ………………. ………………. ………………. ………………. ………. ………………. ………………. ……………….……………….……………….………………. ………………. ……………………………………………………………………………………………………………..

4.  Le narrateur se souvient de son crime. Quels sentiments éprouve-t-il ?( se limiter à deux sentiments)

 (1 pt)

  • ……………………………………     -…………………………….…………………

5.      Combien de temps –d’après le texte- lui reste-t-il à vivre ? (1 pt)

……………….……………….……………….……………….……………….……………….……………….……………….……………….……………….……………….……………….……………….……….……………….……………….……………….……………….……………….……………….……

6. a- Le narrateur regrette sa vie passée ; comment était-elle ? (1 pt)

……………….……………….……………….……………….……………….……………….……… …………….……………….……………….……………….……………….……………….……

b- Que craint-il dans sa vie présente ? (1 pt)

……………….……………….……………….……………….……………….……………….…………………….……………….……………….……………….……………….……………….……

7.      -« entre alors et à présent , il y a une rivière de sang ; le sang de l’autre et le mien »

a- identifiez la figure de style employée dans cette énoncé ? (1 pt)

……………….……………….……………….……………….……………….……………….

b- Quel en est l’effet recherché ?. (0,5 pt)

 ……………….……………….……………….……………….……………….……………….

 ……………….……………….……………….……………….……………….……………….

8. a- Relevez dans le texte deux mots ou expressions se rapportant au champ lexical de la mort. (1 pt)

……………….……………….……………….……………….……………….……………….…………

b- Quelle tonalité , registre ces mots donnent-ils au texte ?

 (0,5 pt)

……………….……………….……………….……………….……………….……………….…………

9. Le narrateur sera mort au coup de hache ; comment qualifiez –vous cette forme d’exécution ? (2 pt)

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

10 . D’après le texte et d’après votre lecture de l’œuvre, quel message l’auteur, à travers le narrateur , veut-il transmettre ?. (2  pt)

………………………………….………………………………….………………………………….………………………………….………………………………….………………………………….………………………………….………………………………….………………………………….………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Un point pour la propreté de la copie                                         Bonne chance

Author: Prof.Ziani

5 thoughts on “production écrite sur LA PEINE DE MORT texte argumentatif

  1. Aucun Etat ne doit avoir le pouvoir d’ôter la vie d’un-e citoyen-ne.
    La peine de mort est irréversible: aucune justice n’est à l’abri d’erreurs judiciaires et, dans tous les pays qui l’appliquent, des innocents sont exécutés.
    La peine de mort est inefficace: il n’a jamais été démontré que la peine de mort ait un effet plus dissuasif que les autres sanctions pénales.
    La peine de mort est injuste: elle est discriminatoire et souvent utilisée contre les pauvres, les malades mentaux, les personnes victimes de discriminations pour leur orientation sexuelle, leur appartenance à une minorité ethnique, nationale ou religieuse.
    La peine de mort n’accorde pas de justice aux familles des victimes de meurtre: les effets d’un meurtre ne peuvent pas être effacés par un autre meurtre.
    La peine de mort crée de nouvelles victimes indirectes et en chaîne : les proches du condamné.
    La peine de mort est inhumaine, cruelle et dégradante: les conditions de vie déplorables dans les couloirs de la mort infligent des souffrances psychologiques extrêmes et l’exécution elle-même est une agression physique et mentale.
    La peine de mort est appliquée en violation des normes internationales: elle ne respecte pas les principes de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 qui dispose que toute personne a le droit à la vie et que nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Elle est également en contradiction avec la tendance internationale vers l’abolition reconnue par trois fois à l’Assemblée générale des Nations unies, appelant à l’établissement d’un moratoire universel sur l’utilisation de la peine de mort (résolutions 62/149, 63/168 et 65/206, adoptées les 18 décembre 2007 et 2008 et le 21 décembre 2010).
    La peine de mort ne garantit pas une meilleure sécurité pour tous.
    La peine de mort empêche toute possibilité d’amendement pour le criminel.

  2. Contre la peine de mort
    Rappelons que la justice a déjà condamné un bon nombre de personnes à la peine de mort, exécutant ainsi plusieurs individus sous prétexte que la mort était la meilleure façon de maîtriser la criminalité. De nos jours, avec les actes criminels de plus en plus violents et atroces, la question que l’on peut se poser est la suivante : Devrait-on abolir ou non la peine de mort ?

    Selon moi, il est évident que le fait de répondre à la violence par la violence n’est en aucun cas la solution à ce problème.

    En premier lieu, je crois que le système judiciaire est défaillant et qu’il peut s’y glisser quelques erreurs. Dans le passé, il y eut beaucoup trop d’erreurs condamnant des accusés à une mort qu’ils ne méritaient point. En effet, il est arrivé quelquefois qu’après l’exécution du prétendu coupable, le réel meurtrier venait se livrer et avouer son ignoble geste sur l’ordre de sa mauvaise conscience. Comme les enquêtes ne sont pas toujours menées avec le sérieux requis, il faudrait peut-être s’interroger sur la capacité du système judiciaire à juger adéquatement un individu coupable ou non.

    En deuxième lieu, j’ai la conviction qu’ici-bas sur terre, il n’y a pas d’humain assez parfait pour juger du comportement d’un autre et encore moins de décider de sa mort. Autrement dit, le droit de vie et de mort n’appartient pas à l’homme, mais à Dieu. Or, les juges ne sont pas infaillibles et dans le cas de la peine de mort, l’erreur judiciaire est irréparable.

    En troisième lieu, il est certain que la peine de mort ne fait pas peur aux assassins et autres tueurs en série. Selon des psychologues, lorsque l’homme en arrive à vouloir commettre un crime, dans la plupart des cas, sa lucidité est absente de sa pensée, ce qui signifie que la passion l’emporte alors sur la raison : la seule chose qui l’obsède est de parvenir à ses fins. Pendant que le crime s’effectue, rien ne peut dissuader le meurtrier ou le criminel de s’arrêter.

    En conclusion, la peine de mort ne peut empêcher un criminel de perpétrer un crime. Par conséquent, on peut punir sévèrement et avec justice sans tuer car il est moralement grave de tuer un homme avant qu’il ait pu régler ses problèmes avec lui-même et avec la société, avant de lui laisser le temps du repentir.

  3. njuste
    La Déclaration universelle des droits de l’homme reconnaît à chacun·e le droit à la vie et ajoute: «Nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.» La peine de mort viole ces droits humains fondamentaux. Tuer ne se justifie jamais, même lorsqu’on suit les ordres d’un État. Un Etat ne peut à la fois interdire le fait de tuer tout en le pratiquant lui-même. Les normes internationales relatives aux droits humains se situent au-dessus du droit national.

    Inhumaine
    Il n’y a pas de peine de mort «humaine». Quelle que soit la méthode employée, l’exécution ne poursuit qu’un seul but: supprimer une vie. La peine de mort prive une personne de la possibilité d’expier un forfait, de réparer, de se repentir et de s’amender.

    Inutile
    La peine capitale n’empêche aucun délit. Les études scientifiques n’apportent aucune preuve que la peine de mort ait réellement l’effet dissuasif qu’on lui attribue. Au Canada par exemple, le nombre d’assassinats a diminué depuis l’abolition de la peine de mort. Aux États-Unis, en revanche, il est plus élevé dans les États qui pratiquent l’exécution capitale que dans ceux qui y ont renoncé. Pour empêcher efficacement les délits, il est nécessaire d’avoir un taux élevé d’élucidation des crimes et un système judiciaire travaillant de manière équitable, rapide et conséquente.

    Irrévocable
    Les erreurs judiciaires et les jugements erronés ne peuvent jamais être totalement exclus. Lorsqu’une peine de mort a été exécutée, il n’y a pas de retour en arrière possible. Depuis 1973 aux États-Unis, 164 personnes condamnées à mort ont été libérées après que la preuve de leur innocence a été faite (état mars 2019 source: Death Penalty Infornation Center). Le nombre exact d’exécutions d’innocents, de jugements erronés et d’erreurs judiciaires avérées ne peut être déterminé avec précision. De faux aveux, des faux témoignages et des expertises insuffisantes peuvent influencer l’issue d’un procès et conduire à un assassinat perpétré par la justice. Dans certains pays, la procédure de condamnation à la peine de mort ne donne pas droit à une défense solide de l’accusé·e sur le plan juridique et n’octroie pas de droit d’action en appel.

    Arbitraire
    La peine de mort est utilisée de manière disproportionnée contre des gens pauvres ou des personnes appartenant à une minorité. Aux États-Unis, la part des Afro-Américains condamnés est supérieure à la moyenne. En Arabie Saoudite, elle touche avant tout les travailleurs et travailleuses étrangers. Avec la peine de mort, les États satisfont une certaine soif de vengeance populiste – souvent en organisant des procès publics et des exécutions de masse, comme c’est le cas en Iran et en Chine. La plupart des exécutions ne punissent pas des crimes violents mais répondent à des motifs politiques. La peine de mort permet au pouvoir de se débarrasser des personnes impopulaires. Ainsi, des peines de mort sont prononcées pour homosexualité (Nigeria, Arabie Saoudite), pour des délits liés à la drogue (Indonésie, Malaisie) ou pour vol, corruption ou fraude fiscale (Chine).

  4. La peine de mort, c’est une sentence appliqué par la justice consistait à retirer la vie d’un individu ayant été reconnu coupable d’un crime. Il y a des gens qui la considère comme une erreur judiciaire , et il’ en a d’autres qui la considère comme un moyen dissuasif.
    Il est admis chez le commun des mortels qu’aucun individu ne peut priver l’autre de sa vie, et ceux qui commettent des crimes particulièrement graves ne méritent pas de vivre,en effet , la peine capital prévient le retour des dangereux criminels dans la société,donc , c’est le moyen le plus efficace pour appliquer la justice et dissuader d’autres personnes de commettre des crimes graves , et on ne peux pas nier que quand la famille de la victime voit le coupable payer pour son crime , elle est soulagée et cela apaise son martyre.Et la famille de l’exécuté ? qui apaisera sa douleur? et ses enfants ? qu’est ce qu’ils vont sentir lorsqu’il voient leur cher père exécuté ?C’est ce la la question la plus importante .
    Le système judiciaire a pour mission d’éduquer et d’aider les coupables à revenir au bon chemin , mais un homme exécuté n’est pas un homme à qui la société a offert une Deuxième chance,et en plus , n’y aurait-il que la mort pour châtier l’assassin ?La mort est certaine , alors pourquoi priver l’autre de sa vie ?Est ce que les condamnés ne sont pas des êtres humains ?Pourtant , Victor Hugo a considéré la peine capitale comme  » un meurtre judiciaire » puisque les jurys et les bourreaux sont aussi des criminels .On peut condamner le criminel à rester en prison à perpétuité mais non pas retirer sa vie de cette façon inhumaine.
    C’est pour ce la que je suis contre la peine de mort et j’estime qu’elle n’est pas plus dissuasive que l’emprisonnement à perpétuité .Finalement , la peine capitale , est absurde, inhumaine , cruelle, et barbare .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *