le bourgeois gentilhomme molière fiche pédagogique de lecture

fiche de lecture

le bourgeois gentilhomme molière fiche pédagogique de lecture

Niveau : Tronc Commun

Module IV : Etudier une pièce de théâtre (une comédie) : « Le Bourgeois gentilhomme » de Molière

Séquence : 5                             Activité : Lecture méthodique

Support : « Vous savez que le fils…le voilà » Scène 3, Acte IV (œuvre intégrale) pp : 63/64

Compétence : Lire et étudier une pièce de théâtre (une comédie)

Capacités : – Etudier le rebondissement

                  – Identifier les formes du comique.

Déroulement de la séance

  1. Phase d’identification du texte :

1- Situation :

   Monsieur Jourdain refuse Cléonte comme mari à sa fille car il n’est pas un gentilhomme. Pour le tromper, Covielle propose à Cléonte une idée plaisante : jouer un tour à leur homme pour qu’il se marie avec Lucie.     

   Déguisé en grand ami de son père, Covielle vient expliquer à monsieur Jourdain que son père était un gentilhomme, que le fils du Grand Turc est amoureux de sa fille et qu’il vient la demander en mariage.

2- Caractéristiques :

– Genre : Extrait d’une comédie     – Type : informatif  – Personnages : Monsieur Jourdain –  Covielle-  Laquais           

– Forme : Dialogue                          – Registre : comique- ironique

II – Phase d’hypothèses de lecture :

  • Le rebondissement
  • Les formes du comique

III- Phase des axes de lecture :

Axe 1 – Le rebondissement

  • Comment Covielle se présentent-ils chez Monsieur Jourdain ? Il était déguisé en ami de son père.
  • Pourquoi Covielle se présentent-ils chez Monsieur Jourdain ?

Il vient annoncer l’arrivée du  fils de Grand-Turc amoureux se sa fille et qui compte se marier avec elle.

  • Pourquoi Covielle se présentent-ils déguisé ?   Il était déguisé pour duper Monsieur Jourdain.
  • Sur quel piège Covielle tend-il à Monsieur Jourdain ? Pourquoi ?

Il essaie de faire croire à Monsieur Jourdain qu’il était l’ami de son père pour gagner d’abord sa confiance et puis le croire en le faire tomber enfin dans le piège.

  • Sur quel point joue-t-il pour le faire tomber dans ce piège ?

 Il insiste sur le fait que son père était un gentilhomme et puis sur son futur gendre qui sera le fils du grand-Turc.

  • Que constitue cet événement : le déguisement de Covielle ?   C’est le rebondissement.

Synthèse partielle :  Dans la progression dramatique dans une pièce théâtrale, certaines péripéties constituent un reversement de situation : le déguisement de Covielle qui fait tomber Monsieur Jourdain dans le piège va changer la situation. Ce denier va accepter le fils du Grand-Turc comme son gendre. C’est le rebondissement qui sert à relancer l’action.

Axe2- Les formes du comique:

le bourgeois gentilhomme molière fiche pédagogique de lecture

  • Quelles réactions suscite chez Monsieur Jourdain le fait d’insister sur ses points sensibles ?
  • Il était surpris. / Il le croit facilement. / L’extrême joie et la fierté de lui-même.
  • L’impatience d’aller voir le fils du Grand-Turc.
  • Qu’est-ce qui déclenche le rire dans cet extrait ? justifiez votre réponse.
  • Le comique de mots :
  •  Le quiproquo : Covielle parle de Cléonte mais Monsieur Jourdain croit qu’il s’agit du fils du Grand-Turc.
  •  Mélange entre les niveaux de langue : les expressions turques données par Covielle.
  •  Les répétitions : Mousieur Jourdain répète plusieurs expressions. (Exemples)
  • Le comique de situation : il un décalage entre l’action quoi se produit et celle qui est attendue : Monsieur Jourdain attend l’arrivée du fils du Grand-Turc alors que ce qui attendu est celle de Cléonte.

Synthèse partielle : Le comique cherche à provoque le rire ou le sourire chez le public. Il nait donc du décalage dans les comportements, les attitudes, les paroles des personnnages et entre ce qu’ils sont et ce qu’ils croient être. Il ya des types de comiques :

  •  Le quiproquo : Covielle parle de Cléonte alors que Monsieur Jourdain croit qu’il s’agit du fils du Grand-Turc.
  • Mélange entre les niveaux de langue : les expressions turques données par Covielle.
  • Les répétitions : Mousieur Jourdain répète plusieurs expressions. (Exemples)
  • Le comique de situation : un décalage entre l’action quoi se produit et celle qui est attendue : Monsieur Jourdain attend l’arrivée du fils du Grand-Turc alors que ce qui attendu est celle de Cléonte.

IV- Phase de synthèse :

   Dans ce passage. Covielle réussit à faire tomber Monsieur Jourdain dans le piège en jouant sur son point sensible. Celui le croit aveuglement et attend impatiemment l’arrivée du fils du Grand-Turc. C’est le rebondissement. Ce qui suscite chez lui des réactions qui provoquent le rire ou le comique dans toutes ses différentes formes.

le bourgeois gentilhomme molière fiche pédagogique de lecture

d’autres liens très utiles

Niveau : Tronc Commun

Module IV : Etudier une pièce de théâtre (une comédie) : « Le Bourgeois gentilhomme » de Molière

Séquence : 5

Activité : Langue

Contenu : La subordonnée circonstancielle de cause et de conséquence

Support : Scène 3, Acte IV (œuvre intégrale)

Compétence : Reconnaître les  subordonnées circonstancielles de cause et de conséquence              

Capacité : – Etudier les subordonnées circonstancielles de cause et de conséquence et leurs valeurs

Déroulement de la leçon 

I- Phase de présentation et d’observation

Covielle – Le fils du Grand-Turc vous respecte parce qu’il dit que tu es le gentilhomme parisien. Il me dit aussi qu’il aime fort votre fille, alors il sera votre gendre sans doute.

Monsieur jourdain – Ce fils est tellement honorable que je veux le remercier.

Lectures et compréhension du corpus.

II- Phase de conceptualisation

  • Pourquoi Covielle pense que le fils respecte Monsieur Jourdain ?

Ph1 : – Le fils du Grand-Turc vous respecte parce que tu es le gentilhomme parisien. 

  •  Quel est le résultat de l’amour du fils ?
  • Quel est la conséquence de l’amour du fils envers Lucie ?

       Ph 2 : – Il aime fort votre fille, alors il sera votre gendre:

Ph : 3 – Ce fils est tellement honorable que je veux le remercier.

  •  Relever les subordonnées circonstancielles de cause et de conséquence
  •  Repérer et classer les conjonctions et les locutions conjonctives dans les phrases du corpus.
  •  Trouver d’autres conjonctions ou locutions conjonctives pour chaque subordonnée.
  •  Déterminer les caractéristiques de la subordonnée circonstancielle de cause et de conséquence.

Bilan

III- Phase d’appropriation :

     Demander aux apprenants de formuler des phrases complexes dont la subordonnée exprime la cause ou la conséquence et multipliant les locutions ou les locutions conjonctives.

III- Phase d’application :

Entourez la conjonction ou la locution conjonctive utilisée,  soulignez la subordonnée circonstancielle et dites si elle est de cause ou de conséquence.

  1. Covielle est si gentil que Monsieur Jourdain le croit. (subord de conséquence)
  2. Monsieur Jourdain refuse Cléonte puisqu’il n’est pas un gentilhomme. (subord de cause)
  3. Comme je le fus voir, il s’entretint avec moi. (subord de cause)
  4. Monsieur Jourdain était crédule si bien qu’on l’a dupé facilement.  (subordonnee de conséquence)

e- Le fils du Grand-Turc ressemble à Cléonte de sorte que Lucie changera de sentiments. (subor de conséquence)

IV- Phase de trace écrite

1- La cause : est la raison pour laquelle se produit un fait ou une action. On repère l’expression dans un énoncé en posant les questions : pourquoi ? Pour quelle raison ?

La subordonnée de cause indique la raison pour laquelle s’accomplit l’action exprimée dans la principale. La subordonnée de cause est introduite par : parce que- puisque- sous prétexte que- du moment que (+le conditionnel)- à force que- faute de- à cause de- grâce à-…

2- La Conséquence : est le résultat du fait (ou de l’action) indiquée par le verbe.

  La subordonnée circonstancielle de conséquence indique le résultat atteint (ou possible) grâce à l’action exprimée dans la principale. Elle répond aux questions : Et alors ? Quel résultat ? En amenant quelle conséquence ?

La subordonnée de conséquence est introduite par :

  • de sorte que- de telle sorte que- de telle manière que- de manière que- au point que- si bien que 
  • si …que – tellement… que- tant… que

Les notions de cause et de conséquence sont donc étroitement liées : on ne peut pas exprimer une cause sans exprimer en même temps la conséquence.

Author: Prof.Ziani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *