Candide chapitre 6 un sujet sur L’ autodafé

fanatisme religieux
Advertisement

Candide chapitre 6 L’ autodafé

Introdoction :


• Voltaire a inventé un nouveau genre littéraire : le conte philosophique
– Du conte : un récit fictif, des personnages simples, des histoires divertissantes servent à la vulgarisation des idées
– Philosophique : un récit porte une morale et offre des armes aux combats des Lumières
Ainsi Candide, dénonce l’optimisme passif, l’esclavage, la guerre, la torture, l’intolérance, la superstition, le fanatisme…
• Candide et Pangloss, à Lisbonne, condamnés à l’Autodafé décidé par l’Inquisition (assemblée de prêtres, tribunal qui examinait si les gens avaient une pensée conforme à l’Église, les autres étaient considérés comme des hérétiques) pour empêcher un nouveau tremblement. C’est la reproduction d’un même désastre en 1755, qui a profondément marqué les esprits.

1) Art du conteur : un texte narratif traditionnel :

a. Situation initiale au 1er paragraphe (imparfait : présentation situation)
• Encore une légère pointe de tragique par le rappel des faits désastreux (‘ruines totales, détruit les ¾)
• ‘Sages du pays, université de Coimbre’ : pers secondaire, les héros ne sont pas encore entrés en scène : effet attente
• Décision d’un Autodafé

b. Péripéties au 2ème paragraphe (passé simple : on rentre dans l’action)
• Articulation apparemment logique ‘en conséquence’
• Le « on » du titre prend visage (‘on avait, on avait saisi, on orna, on chantait…’) : tous les « on » différents participent à l’Autodafé : tous complices de l’Inquisition par leur contribution : donc tous coupables pour Voltaire : impression d’un processus mis en marche qui ne peut être arrêté (par l’enchaînement des « on »)
• Entré en scène des héros
• Pauses descriptives (de la prison, des costumes)
• Rythme s’accélère : ‘8 jours après’ : ellipse par rapport au procès
• Séries actions voix passives (‘furent menés, fut pendu) : insiste sur caractère ‘subi’ et variété des tortures
• Détails d’un spectacle de l’horreur

c. Chute saisissante, auto-suffisante :


Résultat de tout le processus en une simple phrase objective, sans commentaires ni recherche d’effet : mise en valeur, Voltaire n’a pas besoin de dire que ça n’a servi à rien, le lecteur comprend lui-même la portée argumentative : l’inefficacité et l’absurdité de l’autodafé cruel et insidieux.

2) L’ironie est omniprésente :

a. Décalage entre le spectacle et la torture publique :
• Dès le titre ‘bel autodafé’ : association de deux informations sans aucun rapport et idée absurde de ‘fessée’ pour empêcher…
• Périphrase antithétique de l’autodafé : ‘spectacle (= fête, événement plaisant) de quelques personnes brûlées à petit feu (= torture) : horreur du rapprochement des deux notions + Minimisation apparente (quelques, petit feu)
• Spectacle/Cérémonie : encore rapprochement de deux notions différentes : amusement et solennité
Solution de l’Église : une cérémonie mise en spectacle pour rassurer le peuple
• ‘bel autodafé, moyen efficace, secret infaillible’ : Voltaire feint de justifier, d’approuver et même d’admirer la décision (idée d’éloge)

Advertisement

b. Décalage entre fautes suffisantes à une peine capitale :
• ‘en conséquence’ : lien cause à effet qui n’a aucune raison d’exister. C’est parce qu’on a décidé l’autodafé qu’on doit trouver des coupables : normalement c’est l’inverse !
• ‘Biscayen convaincu’ : sous-entendu : il a été convaincu de force
• Gradation de la futilité des fautes puis ‘furent brûlés, fut pendu’ : disproportion absurde entre les fautes et les peines
• Le public et le lecteur connaissent le sort de Candide et Pangloss par leur costumes alors que Candide ne connaît pas la signification des symboles.

Candide chapitre 6 un sujet sur L’ autodafé 2eme année baccalauréat

c. Décalage entre la fausse apparence harmonieuse et la réalité des crimes de l’Inquisition :
• Voltaire rend l’Inquisition très sympathique car elle arrête Pangloss et Candide ‘après le dîner’
• Euphémisme de la prison à travers périphrase élogieuse (termes mélioratifs)
• Descriptions des costumes : s’attarde sur détails là où on attend plus la description psychologique des personnages.
• Déroulement harmonieux de la cérémonie (rythme ‘en cadence’, musique, beauté) et ton superlatif (‘sermon très pathétique’)
• Ton burlesque par l’emploi de termes bas/aimable pour des sujets graves ‘fessé en cadence’ (au lieu ‘flagellé’) ; ‘quoi que ce ne soit pas la coutume’ (aspect innovant torture) : inadéquations aberrantes et ironiques
• ‘Le même jour’ : l’inefficacité de l’autodafé est aussitôt démontrée.

3) Un texte de dénonciation :

Candide chapitre 6 un sujet sur L’ autodafé 2eme année baccalauréat

a. Une satire de l’obscurantisme de l’Inquisition :

Camouflage et retenu de jugement : Voltaire a pas recours à des termes comme ‘monstre ou ignominie’, il fait semblant de pas s’engager. Mais implicitement par ironie, il écrit un pamphlet contre les méfaits de la religion pervertie
Superstition :
‘Prévenir ruine totale’ = pure superstition
Absurdité :
• Les deux 1ère phrases sont redondantes par l’appui irrationnel : en quoi un autodafé peut-il empêcher la Terre de trembler ?
• Antiphrase ironique : ‘sages du pays’ : Voltaire dit intelligent, sage mais pense tout le contraire. Puis ils sont désigné par universitaires : ce qui pourrait faire penser qu’ils vont prendre une décision juste
• ‘donner au peuple’ : impression que l’Inquisition veut satisfaire le peuple en lui jetant quelque chose.
• Fossé entre ce qui s’est passé (nombreuses pertes) et ce qu’ils veulent faire en plus : le deux se contredisent
• Disproportion entre le châtiment et le chef accusation : non respect d’une pratique, d’une appartenance au Judaïsme par un fait insignifiant, les propos prétendus dangereux de Pangloss et l’attitude simplement attentive disciple.
• 1er paragraphe s’achève sur ‘secret infaillible’, le 2ème sur ‘terre tremble de nouveau’ : mise en relief d’un processus cruel inutile
Arbitraire :
• ‘quoi que ce ne soit pas la coutume’ : arbitraire, force de l’Inquisition
• Ellipse ‘8 jours après’ l’ellipse souligne l’absence de procès (Inquisition très puissante, incontournable)
Fanatisme et intolérance :
• La cérémonie cache en fait des préjugés et une lutte contre hérésie : les arrestation sont basées sur des motifs de différence de culture et de religion (dénonciation de l’antisémitisme)
• Les traitement infligés sont violents, cruels alors qu’ils sont présentés comme acte religieux : Voltaire dénonce le fanatisme ardent : est-ce bien chrétien ?
Sadisme :
C’est une fête où on a le temps de voir les accusés souffrir, agoniser
Souci d’esthétique évident :
C’est une condamnation à mort organisée comme un spectacle où on privilégie les costumes, le sermon (on essaye susciter un peu d’émotion, de pitié : ça le rend mieux), la musique (‘fessé en cadence’ : ajout petite touche ridicule, Candide est une bête de foire)…

b. L’optimisme face à ce nouveau travers :


La critique vient davantage à la suite mais on peut relever quelques indices :
• ‘docteur et son disciple’ : Voltaire se moque encore dépendance Candide qui avale tout ce que lui dit Pangloss
• On apprend que Candide est épargné par le biais des costumes : sauvé sans doute par sa candeur qui pousse à demander pardon pour une fausse culpabilité : Il n’a pas vraiment de valeurs, d’opinions propres
• Une portée optimisme face à calamité provoqué entre Hommes ? Ne tient évidement pas debout encore une fois

Conclusion :
L’intérêt du passage réside sur deux points :
• Voltaire est maître dans l’art de la mise en scène et du décalage qui crée une lecture à double niveau
• Originalité : il souligne que le mal métaphysique qui engendre les maux humains est uniquement voulu par les Hommes.

Candide chapitre 6 un sujet sur L’ autodafé

d’autres productions écrites sur la guerre et autres sujets.

des examens dont le texte est tiré de Candide

des cours de la 2 bac

Author: Prof.Ziani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.