Oui ! Cette terre nous abrite tous, à nous de ne pas étouffer sa biodiversité par nos masques !

Oui ! Cette terre nous abrite tous, à nous de ne pas étouffer sa biodiversité par nos masques !

Le monde a connu, vécu et subi diverses pandémies qui ont  marqué l’histoire de l’humanité par leur pouvoir bigrement dévastateur. Un véritable virus aussi désastreux que les autres a nouvellement frappé des pays et des continents provoquant d’innombrables répercussions sur différents secteurs; sans pour autant oublier l’impact extrêmement funeste de la Covid 19 sur la biodiversité.

En terme général, que ce soit sur le point terrestre ou maritime, cela a poussé les gouvernements à l’échelle planétaire de mettre en œuvre une panoplie de mesures comme la désinfection régulière des mains, le maintien de plus d’un mètre de distanciation physique ainsi que le port d’un masque chirurgical,  dans l’unique but de limiter la propagation du virus ; ce dernier s’ajoute à la liste des principales sources de pollution, vu le nombre astronomique de masques qu’on trouve, quasiment chaque jour, abandonnés en tout lieu, et qui prennent plus que quatre cent ans pour se dégrader , ce qui compromet dangereusement l’avenir de l’environnement, selon l’apport du docteur N. El Outassi Professeur, chercheur en biologie et qui ajoute que ceci sous-entend que ces masques proviennent de constituants difficilement dégradables comme le polypropylène et le polyamide.  

Sous cet angle ; on a pu mesurer qu’un seul lot de dix masques pèse quarante grammes, ce qui est équivaut à environ 4 grammes pour une seule bavette médicale, ceci d’une part et d’une autre part que le taux de production journalière par les sociétés principalement concernées : Mustang workwear et beaucoup plus, qui ont fait la

Figure 1 : Une estimation de la quantité des masques produits à l’échelle nationale.

partie belle, et ont délaissé la fabrication des vêtements pour confectionner ces bavettes médicales, en fabriquant sous autorisation ce qui s’estime à plus de sept millions d’unités.

On ajoute à ce qui précède que cette toute quarantaine a ses bienfaits de plus que ses lourds désavantages ; décidément la nature est parvenue à respirer à nouveau et reprendre ses droits échappés d’autrefois , dès l’annonce du premier confinement par les gouvernements en collaboration avec les communautés scientifiques et écologiques au ministère de la santé ; car effectivement sur le plan atmosphérique tout comme marin , un ralentissement inopiné des  trafics routiers ainsi qu’aériens a pu en quelques sortes diminuer la quantité abondante du gaz carbonique évacué en, ou même pas, une seconde par des centaines voire des milliers de véhicules de tout genre , toutefois certaines industries y participent vivement et efficacement , mais pas autant, puisque ces dernières prennent part aussi à la pollution des océans et donc à la pollution marine en chassant leurs déchets radicalement toxiques et nocifs autant pour la communauté que pour la planète bleue en terme général.

Mis à part ceci , on peut évoquer ces bienfaits d’un autre point de vue légèrement différent, et ce en présentant quelques témoignages à propos de la faune et son comportement vis-à-vis du confinement ; assurément on peut remarquer que dans des régions comme d’autres la réappropriation des dauphins de certaines zones , la réapparition des canards sauvages à Nantes en France , de plus on a même pu percevoir la présence de quelques espèces

Figure 2 : Un chien jouissant du lieu, en l’absence des humains.

d’oiseaux se distinguant les uns des autres; néanmoins un événement phénoménal enchanta la Terre et ses habitants , il s’agit effectivement du rétrécissement du deuxième trou d’ozone situé au-dessus  de l’Antarctique au cours de cette crise sanitaire dont on souffre encore ; Selon la  NASA et l’agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) , celui-ci s’est exceptionnellement rétréci récemment après l’abaissement de la superficie de son étendue générale qui a diminué d’environ 20 millions de km2, en raison de la diminution remarquable des gaz à l’effet de serre liée plus particulièrement à l’activité humaine.

En évoquant les périls des masques délaissés par l’Homme qu’ils soient chirurgicaux ou en tissu, il est primordial d’affronter ce phénomène générateur de déchets qui a sitôt pris une ampleur considérable dans le monde entier, et ce en pensant à appliquer quelques solutions dans l’unique espoir de préserver la biodiversité et son biotope1, afin d’aller de l’avant vers un mode de vie meilleur et plus responsable.

Dans ce contexte, on cite ces solutions aptes à être réalisées depuis notre lycée ; prima facie , une réelle sensibilisation de la dangerosité de cette pollution engendrée par le jet de ces bavettes médicales s’avère très utile surtout en mettant en place des magazines murales avertissant les étudiants et insistant sur le fait de retirer les élastiques latérales qui forment un piège incontournable pour les animaux ; de surcroit , on peut tout de même avoir recours à des sorties destinées à rassembler tous les masques trouvés pour ensuite les donner à des organisations et entreprises expertes dans la gestion des déchets et le recyclage des 500 milliards de masques2 en circulation dès 2020,qui serviront à fabriquer d’autres matériaux à base de plastique.

Finalement on a pensé, nous, les lycéens à construire un box en service de notre établissement et de notre environnement qui contient des masques usagés par les étudiants mais également des masques chirurgicaux neufs ; le principe de ce box repose sur le fait que chaque deux bavettes médicales données correspondent à un masque chirurgical et non en tissu offert ce qui défend prodigieusement la lutte contre cette pollution plastique (Figure 3).

De toutes les informations qui viennent d’être élaborées, il est indispensable de noter que les masques FFP2 autant que les chirurgicaux sont les plus privilégiés contrairement aux masques en tissu, malgré leur bilan vert.

En guise de conclusion, on affirme que certes les masques anti-virus servent de protection invincible pour l’être humain et pourtant on ne peut contester qu’ils constituent un ensemble de petites bombes massivement toxiques qui s’ajoutent aux autres types de pollution que notre planète ne puisse digérer si nous

Figure 3 : Un box, J’offre deux masques usagés, je m’en offre un.

ne les recyclons pas pour préserver la biodiversité.

Agissons alors tous pour évoluer !

: Objectifs 14 et 15 du développement durable : Protection de la faune et de la flore aquatique, terrestre.

2: Concrètement trois constructions comme le Time Square Tower, New york.

Author: Prof.Ziani

11 thoughts on “Oui ! Cette terre nous abrite tous, à nous de ne pas étouffer sa biodiversité par nos masques !

  1. J’ai tellement adoré l’article . Beaucoup d’informations avec un style d’écriture plutôt satisfaisant . Merci pour le partage .

  2. un bel article , trop complet niveau informations et les photos sont pertinentes pour bien comprendre tout ce qui a été élaboré . Un grand merci pour le partage .

  3. Un travail digne d’éloges et d’encouragement. Une telle initiative est à encourager histoire de la généraliser par la suite sur l’ensemble du royaume. Un parfait exemple à suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *