les figures de style dans la boite à merveilles du chapitre 1 à 12

les figures de style dans la boite a merveilles

les figures de style dans la boite à merveilles chapitre 1 à 12

dans cet article, il y a des phrases tirées de la boîte à merveilles. si vous trouvez d’autres figures de style n’hésitez pas à les écrire dans un commentaire, Merci.

NB: n’oubliez pas qu’un seul énoncé peut contenir une figure de style ou plus.

la comparaison dans la boite à merveilles

 elle consiste à rapprocher deux éléments, un comparé et un comparant, pour en souligner les ressemblances ou les différences. Le rapprochement des deux termes se fait au moyen d’un outil de comparaison.

  • elle se comportait comme une matrone mûrie par l’expérience.
  • me jeta dans un coin comme
    un paquet, disparut de nouveau dans le tourbillon.
  • Parle-moi de cet être difforme, à la
    barbe rongée de mites, qui sent l’écurie et brait comme un âne !
  • de ses yeux aux longs cils,
    noirs comme les ailes du corbeau ?
  • de ses jambes qui ne lui obéissaient plus, de ses mains lourdes comme du plomb.
  • des nuits blanches qu’elle avait passées à gémir comme Job sur son
    grabat.
  • J’avais devant moi deux jours et demi, deux jours et demi à vivre comme un prince.
  • Papa, d’origine montagnarde comme ma mère,
  • Dans notre famille, vendre et acheter a toujours été considéré comme le métier le plus vil.
  • D’abord, je pleurais pour faire comme tout le monde, il me semblait que la bienséance l’exigeait.
  • L’après-midi se passa pour moi comme les autres aprèsmidi: je vociférai les versets sacrés, tapai sur ma planchette.
  • bourdonnante comme une ruche de voix de femmes en instance de répudiation, de jeunes filles malheureuses et d’enfants perdus.
  • A vingt-deux ans, elle se comportait comme une matrone mûrie par l’expérience.
  • me descendit sous son bras comme un paquet pour me remettre à ma mère.
  • je considérais comme un privilège d’habiter sous le même toit qu’une personne aussi considérable.
  • La pluie fut accueillie par les uns comme une bénédiction, par les autres comme une catastrophe.
  • J’avais un caftan en drap abricot comme on n’en fait plus à notre époque.
  • Fatma Bziouya écaillait de petits poissons ciselés comme des bijoux.
  • J’aimais la viande de conserve. Elle me servit dans un plat des morceaux gros comme le pouce,
  • Je trouvai Zineb. Elle déployait de vains efforts pour faire comme les autres, se frottait les yeux.
  • Ils transperçaient les murs, déferlaient comme le bruit des vagues ou le déchaînement d’une tempête.
  • « Je vais peut-être mourir, moi aussi, pensais-je. Peut-être aurai-je, derrière mon cercueil, des anges beaux comme la lumière du jour! »
  • lançait des imprécations contre les hypocrites, les escrocs, les gens sans foi ni loi comme cet Abdelkader, fils de je ne sais qui.
  • Des explosions d’étincelles roulaient comme des billes qui se répandaient sur le parterre en mosaïques.
  • Du ciel coulait jusqu’à moi un son frêle, un chant ténu et fragile comme un fil de la vierge.
  • vers le ciel comme des essaims de papillons richement colorés.
  • des burnous somptueux voisinaient avec des tulles irisés comme des toiles d’araignée sous la rosée.
  • Depuis longtemps, je désirais une petite glace ronde comme la sienne.
  • L’oncle Othman fait ses quatre volontés. Il la traite comme sa fille.
  • Zineb tapait comme une sourde sur un minuscule tambourin de pacotille.
  • Elle éclatait au milieu de tous les bruits de la maison comme un cri d’alarme, parfois comme un sanglot d’agonisant.
  • c’est un bienfait d’Allah de rencontrer un homme comme Si Omar, ou comme ton vénéré père Haj Ali.
  • Je me sentis léger, comme saigné à blanc.
  • Le garçon tenait un tambourin comme les filles. Il l’abandonna pour s’emparer de ma trompette.
  • Elles étaient d’un brun poussiéreux et toutes plates, comme vidées de leur sang.
  • Les bijoux, c’est beau comme les fleurs.
  • Va-t’en, lui disait-elle, galeux, sale comme un rat d’égout, va-t’en promener tes puces ailleurs.
  • Ils avaient raison, tous ces boutiquiers, de les vendre au poids, comme des épices.
  • Ils dominaient le tumulte, éclataient comme un orage.
  • Seulement, devant les événements, mon père réagit comme doit réagir un homme.
  • Lalla Aicha se mit à respirer comme un soufflet de forge.
  • Tu es blanc
  • A grands coups de torchons, Lalla Aïcha chassait les mouches. Elle les gourmandait comme des enfants terribles.comme un linge. On ne peut plus faire entendre raison à cet enfant, il discute comme un homme.
  • Au milieu de cette ivresse, éclata comme le tonnerre par un beau soleil d’avril.
  • Elle rit comme une petite fille.

la métaphore (les figures de style dans la boite à merveilles) du chapitre 1 à 12:

La métaphore : comme la comparaison, elle rapproche deux éléments, mais sans les relier par un outil de comparaison.

  • Ma mémoire était une cire fraîche.
  • Elle refusa poliment, déclara que ce thé était déjà un véritable printemps.
  • Que t’arrive-t-il, chien galeux.
  • Ses yeux n’étaient perméables à aucune pitié.
  • Elle me demanda si j’avais l’intention de braire pendant longtemps encore.
  • Tu es un cadavre et je n’aime pas toucher les charognes.
  • Le soir, il rentre le cœur gros et les yeux rougis.
  • Et dans la pénombre de sa grande pièce tendue de cretonne, la chouafa gémissait, se plaignait, conjurait, se desséchait dans des nuages d’encens et de benjoin.
  • un grand maigre à barbe noire, dont les yeux lan­çaient constamment des flammes de colère.
  • Chacune des antagonistes, penchée hors de sa fenêtre, gesticulait dans le vide, crachait des injures que personne ne comprenait, s’arrachait les cheveux. Possédées du démon de la danse, elles faisaient d’étranges contorsions.

la personnification

 c’est la représentation d’une chose ou d’un animal sous une forme humaine.

  • Les petites flammes dansaient .
  • Le soleil en robe d’or s’attardait à l’horizon.
  • La bouilloire chantait.
  • Un pigeon disait des mots si jolis.

L’antithèse (les figures de style dans la boite à merveilles) du chapitre 1 à 12:

on rapproche dans une même phrase deux idées opposées.

  • Pour y renaître, il fallait d’abord mourir.
  • Ceux-ci en rient, ceux-là en pleurent.
  • Une voisine poussa un cri de joie ou un gémissement de douleur.
  • Ma mère m’aspergea alternativement d’eau bouillante et d’eau glacée.

L’hyperbole :

on emploie des termes exagérés pour frapper l’imagination du destinataire.

  • « Je vais, me dit-elle, te donner à manger, tu dois mourir de faim ».
  • Des torrents de larmes inondèrent le visage.
  • Les cris des enfants s’étaient transformés en torrent , en cataracte, en bruit de rafale.
  • Des siècles passèrent.
  • Les femmes continuaient leurs éternels voyages.
  • Elle posait mille questions à ma mère.
  • Les cris de Lalla Zoubida transperçaient les murs.
  • Ma mère poussait des cris à se déchirer le gosier.
  • elle pleurerait pendant des jours et pendant des nuits.
  • Elle posa mille questions à ma mère qui répondait avec
    complaisance.
  • Il avait mille fois raison : rien ne peut détruire, effacer ou altérer la vérité.
  • Je lui tenais de longs discours, lui posais mille questions auxquelles il répondait rarement.
  • Ma mère fondit sur moi.
  • m’emporta à moitié mort à l’air frais sur l’estrade aux baluchons.
  • Je n’en pouvais plus. Mes oreilles étaient au supplice, mon cœur dans ma poitrine heurtait avec force les parois de sa cage. Les sanglots m’étouffèrent et j’écroulai aux pieds de ma mère, sans connaissance.
  • Lalla Aïcha éprouva toutes sortes de difficultés à s’arracher du matelas où elle gisait.
  • A la maison, elles faisaient trembler les murs en racontant les moindres futilités, tellement leurs cordes vocales étaient à toute épreuve ; elles devenaient, dans la rue, aphones et gentiment minaudières.
  • Je me tortillais le cou pour regarder une armée de chats qui se livraient à une folle sarabande à l’intérieur de ce temple étrange.
  • Je sanglotais à fendre l’âme.

L’anaphore :

on répète un mot ou une expression au début de plusieurs vers ou phrases.

  • Je savais qu’une journée s’ajoutait à une autre, je savais que les jours faisaient des mois.
  • Non ! Je ne voulais pas dormir, je ne voulais pas pleurer .
  • A dix ans, on est presque un homme. A dix ans on parcourt tout seul le quartier.
  • Toutes les deux avaient connu des temps meilleurs, toutes les deux en gardaient une attitude guindée, une distinction désuète.

L’énumération :

Succession de termes ou de groupes de mots qui donne une impression de quantité ou de grandeur.

  • Quelques jours auparavant, ma mère prépara des gâteaux de semoule fine, des petits pains à l’anis et au sucre, du sellou, farine grillée mélangée de beurre et de div.erses épices.
  • Dans la Boite à Merveilles il y avait une foule d’objets hétéroclites qui, pour moi seul, avaient un sens : des boules de verre, des anneaux de cuivre, un minuscule cadenas sans clef, des clous à tête dorée, des encriers vides, des boutons décorés, des boutons sans décor. Il y en avait en matière transparente, en métal, en nacre. Chacun de ces objets me parlait son langage.
  • Ils aimaient aussi jouer à la bataille, se prendre à la gorge avec des airs d’assassins, crier pour imiter la voix de leur père, s’insulter pour imiter les voisins, commander pour imiter le maître d’école.
  • Dans ma boite à merveilles il y avait des clous, des boules de verre, des anneaux de cuivre, un minuscule cadenas sans clef, des encriers vides,….

L’oxymore :

on rapproche deux termes de sens contradictoires dans un même groupe de mots.

  • Une des femmes monta, distribua des taloches et des insultes, traita de démons innocents et coupables et me descendit sous son bras comme un paquet pour me remettre à ma mère.
  • Sans toi, le soleil deviendra froid.
  • Des nuits blanches qu’elle avait passées à gémir.

les figures de style dans la boite à merveilles du chapitre 1 à 12 .

d’autres liens très utiles

les figures de style dans la boite à merveilles du chapitre 1 à 12

Author: Prof.Ziani

2 thoughts on “les figures de style dans la boite à merveilles du chapitre 1 à 12

  1. 1. Un pigeon disait des mots si jolis (personnification)
    2. A dix ans, on est presque un homme. A dix ans on parcourt tout seul le quartier (anaphore)
    3. ….pour attraper un moineau mais le moineau ne vient jamais. Il désire tant ce petit moineau ! (répétition)
    4. Ma mémoire était une cire fraiche (métaphore)
    5. Pour y renaitre, il fallait d’abord mourir (antithèse)
    6. La bouilloire chantait (personnification)
    7. Que t’arrive-t-il, chien galeux (métaphore)
    8. J’attendais un moment avant de voir surgir de la foule les deux haïks (synecdoque)
    9. Une lampe à pétrole identique à celle de notre voisine (comparaison)
    10. Elles nous conseillèrent de monter sur la terrasse charmer les oreilles des voisins (antiphrase)
    11. Des nuits blanches qu’elle avait passées à gémir (oxymore)
    12. Sans toi, le soleil deviendra froid (oxymore)
    13. Ceux-ci en rient, ceux-là en pleurent (antithèse)
    14. Elle posait mille questions à ma mère (hyperbole)
    15. J’ai six ans, l’année prochaine j’en aurai sept et puis huit, neuf et dix (gradation)
    16. Dans ma boite à merveilles il y avait des clous, des boules de verre, des anneaux de cuivre, un minuscule cadenas sans clef, des encriers vides,…. (énumération)
    17. Le bruit de ses narines me rappela le son de la trompette de Ramadan (comparaison)
    18. Le soleil en robe d’or s’attardait à l’horizon (personnification)
    19. Elle me demanda si j’avais l’intention de braire pendant longtemps encore (métaphore)
    20. Non ! Je ne voulais pas dormir, je ne voulais pas pleurer (anaphore)
    21. Autour de moi, rodaient les jnounes, les démons noirs invoqués par la sorcière (périphrase)
    22. Les femmes continuaient leurs éternels voyages (hyperbole)
    23. Des siècles passèrent (hyperbole)
    24. Les cris des enfants s’étaient transformés en torrent (rivière), en cataracte (cascade), en bruit de rafale (tempête, vent très fort) (gradation et hyperbole)
    25. Ma mère m’aspergea alternativement d’eau bouillante et d’eau glacée (antithèse)
    26. Les petites flammes dansaient (personnification)
    27. Une voisine poussa un cri de joie ou un gémissement de douleur (antithèse)
    28. Des torrents de larmes inondèrent le visage (hyperbole)
    29. Zineb jouait avec le chat, un chat maladif (répétition)
    30. Je savais qu’une journée s’ajoutait à une autre, je savais que les jours faisaient des mois,…. (anaphore et gradation)
    31. Tu es un cadavre et je n’aime pas toucher les charognes لحم فاسد، جثة (métaphore)

  2. Les figures de style dans le chapitre 1 de « La Boîte à Merveilles »
    1- Ma solitude ne date pas d’hier.
    —> (Litote)
    2- Le soir, il rentre le cœur gros et les yeux rougis.
    —> (Métaphore)
    3- Les lendemains de ces fêtes étaient des jours mornes, plus tristes et plus gris que les jours ordinaires.
    —> (Comparaison)
    4- Je me levais de bonne heure pour aller au Msid, école Coranique située à deux pas de la maison.
    —> (Périphrase)
    5- Et dans la pénombre de sa grande pièce tendue de cretonne, la chouafa gémissait, se plaignait, conjurait, se desséchait dans des nuages d’encens et de benjoin.
    —> (Gradation, Métaphore)
    6- Ma mémoire était une cire fraîche et les moindres événements s’y gravaient en images ineffaçables.
    —> (Métaphore)
    7- Ils aimaient aussi jouer à la bataille, se prendre à la gorge avec des airs d’assassins, crier pour imiter la voix de leur père, s’insulter pour imiter les voisins, commander pour imiter le maître d’école.
    —> (Enumération, répétition : répétition du verbe imiter)
    8- j’étais seul au milieu d’un grouillement de têtes rasées, de nez humides.
    —> (Synecdoque)
    9- un grand maigre à barbe noire, dont les yeux lan­çaient constamment des flammes de colère.
    —> (Personnification, Métaphore)
    10- Toutes ces femmes parlaient fort, gesticulaient avec passion, poussaient des hurlements inexplicables et injustifiés.
    —> (Gradation)
    11- Ma mère fondit sur moi.
    —> (Hyperbole)
    12- Elle me sortit du seau, me jeta dans un coin comme un paquet.
    —> (Comparaison)
    13- (Elle) m’emporta à moitié mort à l’air frais sur l’estrade aux baluchons.
    —> (Hyperbole)
    14- Dans la Boîte à Merveilles il y avait une foule d’objets hétéroclites qui, pour moi seul, avaient un sens : des boules de verre, des anneaux de cuivre, un minuscule cadenas sans clef, des clous à tête dorée, des encriers vides, des boutons décorés, des boutons sans décor. Il y en avait en matière transparente, en métal, en nacre. Chacun de ces objets me parlait son langage.
    —> (Enumération, Personnification)
    15- On voyait naître le drame, on le voyait se développer, atteindre son paroxysme et finir dans les embrassades ou dans les larmes.
    —> (Gradation)
    16- Chacune des antagonistes, penchée hors de sa fenêtre, gesticulait dans le vide, crachait des injures que personne ne comprenait, s’arrachait les cheveux. Possédées du démon de la danse, elles faisaient d’étranges contorsions.
    —> (Métaphore)
    17- C’était une tempête, un tremblement de terre, le déchaînement des forces obscures, l’écroulement du monde.
    —> (Gradation)
    18- Je n’en pouvais plus. Mes oreilles étaient au supplice, mon cœur dans ma poitrine heurtait avec force les parois de sa cage. Les sanglots m’étouffèrent et j’écroulai aux pieds de ma mère, sans connaissance.
    —> (Hyperbole)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *